Le gluten et ses symptômes : Solutions naturelles - Hygiène Intestinale

Le gluten et ses symptômes : Solutions naturelles

Le gluten est un ensemble de protéines présentes dans les graines des principales espèces de céréales à paille telles que le blé, l’orge, l’avoine, le seigle, l’épeautre et le petit épeautre etc. C’est le gluten qui rend possible l’élasticité de la pâte malaxée, ainsi que de la “masticabilité” des produits à base de céréales cuits au four. Le gluten ne se trouve pas dans les autres céréales anciennes comme l’avoine, le quinoa , le riz ou le maïs, mais les techniques modernes de transformation alimentaire contaminent habituellement ces aliments avec du gluten car ils sont transformés en utilisant le même équipement que le blé.

En plus de cela, le gluten est maintenant utilisé pour aider à faire de nombreux additifs chimiques hautement transformés qui se trouvent dans les aliments emballés de toutes sortes. Couplé avec le fait que la fabrication peut conduire à la contamination croisée, cela signifie que des traces de gluten se retrouvent souvent dans les produits alimentaires qui sont apparemment sans gluten – comme les sauces à salade, condiments , charcuteries et bonbons. Cela rend l’abandon du gluten plus difficile qu’il n’y paraît au départ.

Allergie au gluten ou maladie cœliaque ?

La maladie cœliaque est l’autre nom donné à l’intolérance au gluten : il s’agit donc bien de la même pathologie qui ne doit pas être confondue avec l’allergie au gluten.

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune et chronique qui apparaît lors de l’ingestion de protéines de gluten, lesquels altérant la paroi intestinale, déclenchent une réaction du système immunitaire qui peuvent avoir des conséquence grave.

La maladie cœliaque engendre les symptômes suivants :

  • Malabsorption (notamment du fer et du calcium)
  • Anémie
  • Amaigrissement
  • Nausées
  • Vomissement
  • Diarrhée
  • et bien d’autres …

Cependant, même lorsque quelqu’un est négatif à la maladie cœliaque, il peut encore présenter une allergie au gluten avec ses risques. L’allergie au gluten provoque une réaction immunitaire IMMÉDIATE suite à l’ingestion de protéine de gluten.

Les symptômes de l’allergie au gluten sont les suivants :

  • Démangeaisons et gonflements au niveau du nez et de la gorge
  • Éruptions cutanées
  • Respiration sifflante
  • Œdème de Quincke couplé à l’effort ou choc anaphylactique dans les cas les plus graves.

En France, la maladie cœliaque concerne environ 1% de la population et ce chiffre reste quasiment stable. Les allergiques au blé seraient environ 0,1 à 0,3% de la population. D’importants écarts sont néanmoins constatés selon les études.

Nous savons maintenant qu’il est possible d’avoir des symptômes de l’allergie au gluten sans avoir la maladie cœliaque. Un nouveau terme a été donné à ce type de maladie appelée Sensibilité au Gluten Non-Coeliaque (SGNC).

Les personnes atteintes de SGNC n’ont pas de maladie cœliaque, mais elles se sentent nettement mieux lorsqu’elles évitent le gluten. La mesure dans laquelle cela est vrai dépend bien sûr de chaque personne, puisque différentes personnes peuvent réagir négativement au gluten à des degrés différents. Chez les personnes allergiques au gluten ou SGNC, les chercheurs ont constaté que certains facteurs s’appliquent habituellement, notamment:

  • Test négatif pour la maladie cœliaque (en utilisant deux types de critères, l’histopathologie et l’immunoglobuline E, également appelée IgE) malgré des symptômes similaires
  • Les personnes SGNC ont des symptômes gastro-intestinaux et non gastro-intestinaux (par exemple, perméabilité intestinale , ballonnements et brouillard mental)
  • Elles font l’expérience d’une amélioration des symptômes lors d’un régime sans gluten

Les symptômes courants de l’allergie au gluten

Les dommages causés par les troubles liés au gluten, y compris la maladie cœliaque et SGNC, ne se limitent pas au système gastro-intestinal. Des recherches récentes au cours des dernières décennies suggèrent que les symptômes d’allergie au gluten apparaissent dans presque tous les systèmes du corps: le système nerveux central (y compris le cerveau), le système endocrinien, le système cardiovasculaire (y compris la santé du cœur et des vaisseaux sanguins), système et système squelettique.

Parce que l’allergie au gluten peut virer en maladie cœliaque avec ses réactions auto-immunes et une augmentation des niveaux d’inflammation (la racine de la plupart des maladies ), elle est associée à de nombreuses maladies. Mais le problème est que la plupart des gens ne parviennent pas à attribuer ces symptômes à une sensibilité alimentaire non diagnostiquée.

Les symptômes de l’allergie au gluten (ou SGNC) sont répandus et peuvent inclure:

  • Symptômes digestifs y compris des douleurs abdominales, des crampes, des ballonnements, constipation ou diarrhée
  • Brouillard mental : difficulté à se concentrer et à se rappeler des informations
  • Maux de tête fréquents
  • Changements liés à l’humeur, y compris l’anxiété et l’augmentation des symptômes de la dépression
  • Faibles niveaux d’énergie et syndrome de fatigue chronique
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Engourdissement et picotements dans les bras et les jambes
  • Problèmes de reproduction, infertilité
  • Problèmes de peau, y compris la dermatite, l’eczéma, la rosacée et les éruptions cutanées
  • Carences en nutriments, anémie ( carence en fer )
  • Risque plus élevé de troubles d’apprentissage , y compris l’autisme et le TDAH (Trouble de Déficit de l’attention)
  • Peut-être un risque plus élevé pour les maladies neurologiques et psychiatriques, y compris la maladie d’Alzheimer, la démence et la schizophrénie

Quoi ? Comment le gluten peut-il causer autant de problèmes différents ? La recherche suggère que le gluten peut réellement causer des changements significatifs dans ce que l’on appelle le microbiote intestinal –  ce qui, en effet, est un gros problème considérant que notre santé globale dépend fortement de la santé de notre intestin.

L’allergie au gluten et la maladie cœliaque peuvent affecter presque toutes les cellules, tous les tissus et tous les systèmes du corps, car les bactéries qui peuplent l’intestin contrôlent tout, de l’absorption des nutriments et de la production hormonale à la fonction métabolique et aux processus cognitifs.

Quelles sont les causes de l’allergie au gluten ?

De nombreux facteurs peuvent rendre les personnes plus susceptibles de présenter des symptômes d’allergie au gluten: leur régime alimentaire, la qualité de leur flore intestinale, leur niveau immunitaire, les facteurs génétiques et l’équilibre hormonal peuvent tous jouer un rôle.

La façon exacte dont le gluten provoque des symptômes chez de nombreuses personnes a une relation direct avec ses effets sur le tube digestif et l’intestin. Le gluten est considéré comme un “antinutriment” et est, par conséquent, difficile à digérer pour presque toutes les personnes, qu’elles soient intolérantes au gluten ou non.

Les substances antinutritionnelles comme le gluten sont naturellement présentes dans certains végétaux comme les céréales, les légumineuses, les noix et les graines. Le gluten a les effets suivants lorsqu’il est consommé par les humains :

  • Il interfère avec la digestion normale et peut causer des ballonnements, des gaz, de la constipation et de la diarrhée en raison de son effet sur les (bonnes) bactéries vivant dans l’intestin.
  • Il peut causer des dommages à la muqueuse de l’intestin, provoquant dans certains cas un «syndrome de l’intestin qui fuit» (perméabilité intestinale) et des réactions auto-immunes.
  • Il se lie à certains acides aminés (protéines), vitamines et minéraux essentiels, ce qui les rend inabsorbables.

Le syndrome de l’intestin qui fuit, autrement appelé perméabilité intestinale est lié à la consommation de gluten, qui est un trouble qui se développe lorsque de minuscules ouvertures se forment dans la muqueuse intestinale, provoquant la fuite des grandes protéines et des bactéries intestinales dans les autres systèmes du corps. Les molécules qui sont habituellement conservées dans l’intestin sont alors capables d’entrer dans la circulation sanguine et de voyager dans tout le corps, où elles peuvent provoquer une réaction inflammatoire chronique.

Il est également difficile de diagnostiquer la SGNC avec précision parce que les symptômes provoqués par le gluten sont larges et très similaires aux symptômes causés par d’autres troubles (comme la fatigue, les douleurs corporelles et les changements d’humeur). Il semble surtout y avoir un parallèle important entre les symptômes du Syndrome du Côlon Irritable (SCI) et l’intolérance au gluten.

Beaucoup de gens avec SCI se sentent mieux quand ils suivent un régime sans gluten. Chez les personnes atteintes du SCI, le gluten pourrait aggraver les symptômes, mais il est également possible que d’autres caractéristiques du blé puissent entraîner une mauvaise digestion.

Allergie au gluten : Traitement naturel

1. Faire son autodiagnostic

Les médecins hésitent parfois à attribuer les symptômes de l’allergie au gluten à un patient quand ceux-ci peuvent être causés par d’autres troubles. Il arrive donc que le patient doive prendre les choses en main. Faire son autodiagnostic est vraiment la meilleure façon de tester votre propre réaction au gluten. Les résultats d’un autodiagnostic aident à déterminer lequel de vos symptômes peut être attribué au gluten et vous permettent de savoir s’il est temps de stopper le gluten.

L’autodiagnostic consiste donc à éliminer complètement le gluten de votre alimentation pendant au moins 30 jours (mais de préférence plus longtemps, par exemple trois mois) puis … de l’ajouter à nouveau. Si les symptômes s’améliorent pendant la période d’élimination et qu’ils réapparaissent soudainement, c’est un signe clair que le gluten contribuait à vos maux et à vos symptômes. Cependant, il est très important de ne tester qu’une seule variable Si pour l’autodiagnostic, vous éliminez le gluten, n’enlevez pas en même temps, le sucre ou les produits laitiers par exemple, car cela fausserait les résultats et on ne saurait pas vraiment si vos symptômes sont liés au gluten ou au sucre ou autre.

2. Suivre un régime sans gluten

Après l’autodiagnostic, vous pourrez déterminer si vous êtes allergique au gluten ou non. Si vous avez une réaction sérieuse après avoir réintroduit le gluten à la fin de l’autodiagnostic, vous devriez sérieusement envisager un dépistage de la maladie cœliaque. Et même si vous êtes sûr de ne pas avoir la maladie cœliaque, vous devez quand même arrêter le gluten afin d’éviter les irritations intestinales, les problèmes digestifs et les symptômes persistants.

Un régime sans gluten est un régime sans blé, sans seigle et sans orge. Cela signifie que vous devez éviter les produits les plus cuits trouvés dans les magasins, les aliments contenant de la farine (comme la pizza ou des pâtes), la majorité des aliments emballés (pain, céréales, pâtes, biscuits, gâteaux, etc.) ainsi que certains types d’alcool, y compris la bière. Vérifiez attentivement les étiquettes des ingrédients puisque le gluten se cache dans de nombreux aliments emballés.

Si vous n’avez pas la maladie cœliaque, il est probable que manger occasionnellement des aliments contenant du gluten ne causera pas de dommages à long terme, mais vous vous sentirez quand même mieux sans gluten. Ecoutez-votre corps ! Concentrez-vous maintenant sur l’ajout d’aliments anti-inflammatoires pour réparer votre système digestif et guérir les carences en éléments nutritifs. Ceux-ci comprennent, les légumes, les fruits, les noix, les graines et les aliments contenant des probiotiques.

Quand il s’agit de faire cuire au four, privilégiez certaines de ces farines naturellement sans gluten plutôt que la farine de blé:

  • Farine de riz
  • Quinoa
  • Poudre d’amande
  • Farine de noix de coco
  • Farine de pois chiche
  • Ou même la farine de patate douce

3. Envisager d’effectuer des tests

Rappelez-vous que la maladie coeliaque est une maladie auto-immune et présente des taux élevés de certains anticorps (y compris les auto-anticorps transglutaminases ou les comorbidités auto-immunes), mais cela peut ne pas être le cas des personnes allergiques au gluten. Quoi qu’il en soit, savoir avec certitude où vous vous situez peut être utile.

Pour ce faire, renseignez-vous sur le test de zonuline (également appelé test de lactulose) et un test d’allergie alimentaire IgG. Ces types de tests intestinaux permettent de savoir s’il y a perméabilité intestinale (provoquée par le gluten ou les parasites, la levure Candida et les bactéries nocives). La zoluline (protéine) contrôle la taille des ouvertures entre votre paroi intestinale et votre circulation sanguine, de sorte qu’un niveau élevé indique la perméabilité.

Au fil du temps, si la muqueuse intestinale continue de devenir perméable, les microvillosités (minuscules membranes cellulaires qui tapissent les intestins et absorbent les nutriments des aliments) peuvent être endommagées. Connaître la gravité de votre état peut donc être important pour éviter que le problème ne s’aggrave.

Si vous êtes en bonne santé et que vous choisissez de manger des céréales, essayez de manger des céréales sans gluten comme le riz, l’avoine sans gluten, le sarrasin, le quinoa et l’ amarante. C’est aussi une bonne idée de bien préparer les grains (en particulier les types qui contiennent du gluten) en les faisant tremper, les germer et les faire fermenter. La germination du grain aide à améliorer la biodisponibilité des nutriments, réduit la présence de gluten et d’autres inhibiteurs et les rend plus digestibles. Cherchez du pain au levain ou du pain germé (comme le pain Ézéchiel ), qui sont mieux tolérés que les pains ordinaires à base de farine de blé.

Laisser un commentaire 0 commentaires

Laisser un commentaire: